mardi 13 novembre 2018

Ta bib tu filmeras, le montage tu maîtriseras, sur Youtube tu publieras


Avec 11% du trafic Internet mondial et 1,9 milliards d'utilisateurs uniques par mois, Youtube est LE service de streaming vidéo le plus incontournable. Surtout, avec ses 400h de vidéos envoyées par minute et la facilité d'utilisation des outils de captation, Youtube permet à chacun de devenir un créateur et un diffuseur de contenus.


La Médiathèque Départementale de Seine et Marne propose à ses partenaires de travailler sur la création, le montage et la diffusion de vidéo sur Youtube en bibliothèque, par le biais d'une formation du Cabinet Fabienne Aumont le 15 novembre 2018 dont vous trouverez le support sous ce lien.

lundi 5 novembre 2018

Retour d’animation : Le Festival de Cannes… Mais des Mauges


Vendredi 26 octobre 2018 avait lieu au cinéma de Chemillé en Anjou une soirée un peu particulière :  la 4ème cérémonie du Festival de Cannes… Mais des Mauges : Un concours de courts métrages réalisés par des jeunes des Mauges (une communauté d’agglomération située dans le Maine et Loire, dans le triangle Nantes-Angers-Cholet).
Petit retour et recette de ce projet.
Le groupe de jeunes de Montrevault-sur-Evre recevant le prix de la meilleure fiction

Participants au projet : 

Les services jeunesse de la commune de Montrevault-sur-Evre, des centres sociaux Indigo, Val’Mauges, Evre et Mauges, Rives de Loire, du Chemillois et le Cybercentre de Beaupréau en Mauges.

Contexte de l’action :

Début 2014, les animateurs des Cybercentres de Beaupréau en Mauges et de Chemillé réalisaient régulièrement et séparément des vidéos (reportages, fictions, stop motion) et constataient un engouement pour ce support de la part des jeunes.
La question s’est posée de valoriser les différentes créations lors d’un évènement commun. Un appel auprès des autres acteurs associatifs de la jeunesse du territoire fut lancé et reçu avec enthousiasme.
Lors de la première rencontre organisée, l’idée a vite émergée d’organiser une soirée de projection des différentes réalisations de la saison sous la forme d’une parodie de festival de cinéma : tapis rouge, paparazzis, agents de sécurité, invités d’honneurs… Mais dans les Mauges, territoire rural s’il en est. L’idée était donc de prendre le contrepied d’un évènement solennel, et de le faire à fond.
« Sans jamais se prendre au sérieux, nous avons fait les choses sérieusement » Yann
Réunion de préparation du Festival

Objectifs de l‘action :

Les objectifs sont multiples :

  •           Sensibiliser les jeunes à la vidéo, les éduquer aux médias et à l’image
  •           Les faire travailler en groupe, faire émerger pourquoi pas des vocations
  •           Valoriser les productions des jeunes et leurs initiatives
  •           Faire connaitre les différents acteurs de la jeunesse sur le territoire

Définition de l'action

Tout au long de l’année, (mais surtout l’été), des ateliers de productions audiovisuelles sont proposés ou encouragés par les différents acteurs de la jeunesse des Mauges.
Lors des vacances de la Toussaint, fin octobre, les différentes productions sont projetées dans un cinéma local.
A la fin des projections, le public se retire dans une salle attenante pour un pot festif pendant que le jury délibère. Le public revient ensuite dans la salle de projection et le jury remet les différents prix :
  •           Un prix par catégorie (documentaire, film d’animation, fiction, …)
  •           Un prix d’interprétation
  •           Un prix du scénario
  •           Un coup de cœur du jury
  •           La Palme d’or

Détails :

Des réunions entre les différents organisateurs du festival ont lieu dès le début de l’année afin de déterminer le lieu et la date de la cérémonie et de préparer la communication du projet : aux équipes d’animateurs, aux autres collègues et partenaires locaux.

Des affiches et flyers sont ensuite réalisées et distribuées auprès des jeunes.


L'affiche de ce 4ème Festival


Pour la réalisation des productions, le Cybercentre de Beaupréau en Mauges propose du prêt de matériel photo et vidéo aux partenaires n’étant pas équipés. Il peut également accompagner et former les animateurs à l’utilisation de ce matériel, aux techniques de réalisation et au montage.

Un mois avant la cérémonie, toutes les vidéos sont réceptionnées par la commune organisatrice de la soirée pour envoi au cinéma partenaire.

Un mois également avant la cérémonie, des invitations avec coupons réponses sont remises aux participants des productions réalisées, indiquant la possibilité de venir avec 5 personnes. Les salles de cinéma locales ont généralement une capacité de 200 personnes, il s’agit de maîtriser le nombre de places.




L'invitation officielle aux nominés


Pour l’organisation du pot, les collègues animateurs jeunesse et autres partenaires peuvent être sollicités : préparation de cocktails sans alcool, gâteaux, décoration de la salle. Il faut également trouver 4 ou 5 personnes pour faire le service… en costume de serveur bien évidemment.
Une animation est organisée lors du pot. Cette année, un fond vert était disposé sur un mur et une tablette sur trépied permettait de prendre une photo avec en incrustation la colline d’Hollywood.


Pour l’animation de la soirée, l’idéal est de faire appel, comme pour les 3 dernières cérémonies, à des groupes de jeunes d’ateliers théâtre, en les briefant bien. A défaut, un ou plusieurs animateurs d’espace assurent ce rôle.
Les 3 présentatrices de la soirée briefées par leur prof de théâtre et Matthieu, l'un des organisateurs
Les présentatrices en situation


Les productions sont diffusées par catégories. A la fin de celles-ci, les nominés présents dans la salle sont invités à monter sur scène présenter leur projet. 2 questions leur sont posées : Pourquoi ont-ils choisi ce thème / ce type de vidéo ? Que retirent ils de cette expérience ?

Pour la constitution du jury, chaque service est chargé de trouver 1 ou 2 membres : un adhérent, un élu, un administrateur, un jeune passionné de cinéma, un bibliothécaire, …
Un dossier de notation des vidéos (disponible ici) est remis aux membres du jury au début de la cérémonie. Un organisateur les accompagne tout le long de la soirée pour répondre à leur question et les briefer lors des délibérations.
« L’aspect compétition du festival est accessoire : ce qui compte, c’est que les jeunes soient fiers d’eux et heureux d’avoir participé. » Esteban
En ce qui concerne les prix, chaque espace est chargé d’en créer un, au choix. Il faut que ce prix soit original et un peu loufoque (une canne à pêche, une palme de plongeur, une canette de soda, bombés à la peinture dorée et montés sur socle par exemple).
Les vainqueurs de la Palme d'or



Lors de la soirée, chaque animateur a un rôle bien précis : placer les spectateurs, encadrer les présentateurs, accompagner les jurys, organiser le pot, accompagner les techniciens du cinéma, jouer les agents de sécurité, photographe, …


Tapis rouge, cordon de sécurité et Matthieu pour le service d'ordre à l'entrée


Le timing de cette 4ème édition était le suivant :
  • 20h00 : accueil des spectateurs, photo call des nominés
  • 20h30 : début de la cérémonie, projection des 12 productions en compétition et présentation des projets par les nominés présents
  • 22h00 : pot
  • 22h30 : remise des prix
  • 23h00 : fin de la soirée et rangement

Dans la semaine qui suit la cérémonie, des photos de la soirée sont diffusées sur la page Facebook du Festival et les productions sur la chaîne Youtube 



Lieu :

Il change chaque année, l’idée étant que toutes les communes participantes aient l’occasion d’accueillir la cérémonie. Sur Mauges Communauté, il existe à ce jour 4 cinémas associatifs. Ces cinémas se prêtent avec plaisir et gratuitement au jeu du festival. La cérémonie est donc organisée à tour de rôle dans ces 4 cinémas.
« Pas de cinéma, pas de festival » Matthieu


Moyens humains :

En général, un animateur par espace. Mais encore une fois, il s’agit d’un travail d’équipe et de partenariat : tout le monde peut être impliqué. Le temps de travail dépend aussi de l’investissement que chacun veut donner au projet : certains sont très actifs sur les ateliers, d’autres sur le fonctionnement de la soirée.
En terme de compétences, l’animateur du Cybercentre de Beaupréau en Mauges peut former, accompagner et conseiller les animateurs qui en font la demande.


Moyens matériels :

Ils varient selon les espaces, mais au moins 1 caméra ou appareil photo hybride / reflex vidéo, 1 trépied, 1 micro et 1 logiciel de montage sont nécessaires.
Le Cybercentre de Beaupréau en Mauges peut prêter tout le matériel nécessaire et former à son utilisation.

Évaluation :

Le nombre de vidéos réalisées, de nominés présents dans la salle le soir de la projection, vues et commentaires sur les réseaux sociaux et la motivation des jeunes à renouveler l’expérience… ou pas.

Avantages, limites de l’action :

La satisfaction des participants est évidente et les retours ont été particulièrement positifs cette année.

Le timing était serré et de ce fait, la remise des prix a été jugée trop rapide par certains : les gagnants ont récupérées leurs prix et ont été invités à redescendre directement. A l'avenir, il faudra veiller à leur laisser plus de temps.

Une 5ème édition devrait logiquement voir le jour l'an prochain, cette fois ci à Beaupréau en Mauges.
Pensez à y réserver vos places ;-)


dimanche 14 octobre 2018

Le kit matériel du vidéaste débutant

 

Ça y est, vous êtes décidés, vous vous lancez dans la production de vidéos ! Toutes mes félicitations et mes encouragements ! Mais une fois votre concept de vidéo trouvé, il vous faut maintenant penser au matériel nécessaire.
Vous trouverez donc ci-dessous un kit matériel de vidéaste débutant, avec des exemples de références et des gammes de prix.

Les prix indiqués sont approximatifs et dépendent des magasins et revendeurs (c'est pourquoi mes prix sont plus importants que ceux des liens fournis. Ces liens vers les sites Fnac et Amazon sont d'ailleurs surtout présents pour vous permettre d’accéder aux références et aux détails des produits (c’est souvent très compliqué pour une collectivité d’acheter sur Amazon, j’en ai bien conscience).

Filmer avec une tablette :

Tablette : 

Le capteur vidéo de la caméra arrière est le plus important (8 MP minimum). Si vous comptez faire le montage directement sur la tablette, prenez-en une assez puissante et pour cela, mettez le prix !
Références :
  •           Ipad (lien Fnac) environ 450€ 
  •           Samsung Galaxy Tab A10 (lien Fnac) environ 350 €

Micro-cravate : 

Le son, c’est l’élément le plus important pour votre vidéo, avant la qualité de l’image. Un micro-cravate est donc essentiel dans le cadre d’une chaîne Youtube. Vous pouvez choisir un micro filaire, mais attention à la longueur du câble (souvent 1,5 mètre, peut-être aurez-vous besoin d’une rallonge) ou vous pouvez choisir un micro sans fil, mais c'est plus cher.
Références :
  •           BOYA BY-M1 (lien Fnac) environ 25€
  •           BOYA Sans fil (lien Amazon) environ 75€
  •           Sabrent épinglette (celui que j’utilise personnellement) (lien Amazon) environ 10€

Dans cette vidéo, la première de ma chaîne, je me filme avec ma tablette, un Ipad mini, et le son provient du micro de mes écouteurs de smartphone.

Trépied : 

Dans le cadre de vidéos face caméra ou tout simplement de plan fixe, un trépied est un atout important. Les magasins de musique vendent de plus en plus de trépied pour tablette (les musiciens utilisent maintenant des tablettes pour afficher leurs partitions). Ces supports conviennent parfaitement pour filmer. Pensez à vérifier que la tablette peut s’orienter de 90°, que le support est bien universel et réglable en hauteur.
Références :

Rotule : 

Si vous décidez de filmer avec un smartphone en vous déplaçant, vous aurez besoin d’un stabilisateur, au risque que votre vidéo donne le mal de mer en la regardant.
Références :
  •           Dji Osmo Mobile 2 (lien Fnac) environ 150€
  •           Zhiyun Smooth 3 (lien fabricant) environ 150€ 

Application de montage : 

Le montage sur tablette est beaucoup moins précis, moins complet et moins efficace que le montage sur ordinateur. Mais pour un projet simple et court et si vous ne disposez pas d’un ordinateur assez puissant ou ne pouvez pas vous offrir un logiciel plus intéressant que Open Shot Vidéo Editor, alors allez-y !
Références :
  •           IMovie sur Ipad, gratuit
  •           Quik, l’application de la Gopro, pour des montages sans paroles, est très bien et gratuit
  •           Adobe Spark Vidéo, gratuit
  •           Adobe Premiere, gratuit, mais très gourmand en capacités de la tablette

Filmer avec une caméra :

Caméra : 

On ne va pas se mentir, une bonne caméra, ou un bon appareil hybride pour filmer, ça a un prix, celui de la qualité (comptez en moyenne 1000€ à 1500€). Pour des conseils en terme de matériel et pourquoi pas pour une bonne occasion, contactez un magasin de photo proche de chez vous.
Références :
  •       Reflex Canon EOS 77D (lien Fnac) environ 1200€ (mon conseil) 
  •       Reflex Canon EOS 80D (lien Amazon) environ 1300€ 
  •       Sony HDR-CX900 (lien Fnac) environ 1200€
  •           Canon LEGRIA HF G25 (lien Fnac) environ 1500€

Micro :

 La qualité du son, on ne le dira jamais assez, c’est essentiel. Mais on n’enregistre pas le son de la même manière en extérieur ou en intérieur, de prêt ou de loin. Si vous choisissez un micro externe, comme un dictaphone ou plus simplement un smartphone en mode dictaphone, il vous faudra alors synchroniser l’image avec le son. Le résultat sera plus satisfaisant mais nécessitera plus de technique. L’achat d’une perche est également à envisager dans le cadre de scènes avec plusieurs personnes.
Références :
  •           Micro directionnel : RØDE VideoMic GO (lien Fnac) 60€ environ
  •           Dictaphone : Sony ICD-TX650 (lien Fnac) 130€ environ
  •           Perche micro : Rode Boompole (lien missnumerique) 50€ environ

Dans cette vidéo-ci, je suis filmé avec un boîtier Canon Eos 77D et le son est capturé par mon micro cravate, enregistré sur smartphone puis rajouté à la vidéo au montage. Mon visage est éclairé par une softbox (j'en reparle plus bas) mais dans l'idéal, il en faudrait 2 pour équilibrer.

Trépied 

Les caméras ou appareils photo disposent tous d’un pas de vis universel et sont donc compatibles avec n’importe quel trépied. Les différences entre ces derniers se font sur leur robustesse, leur solidité et leur stabilité (les écarts de prix entre les trépieds amateurs et pros sont assez impressionnants : de 20€ à 500€). Sans prendre un premier prix, inutile de mettre une fortune dans un trépied, ceux à 50€ font très bien l’affaire. Et d’ailleurs, pourquoi pas craquer pour un Gorillapod, petit, léger et robuste.
Références :
  •           PFV5 (lien Fnac) 50€ environ
  •           Gorillapod (lien Fnac) entre 30€ et 100€ environ

 Logiciel de montage 

Le premier qui dit Movie Maker est puni ! Simple ou complet, fiable ou gratuit, il faudra choisir.
Références :
  •           IMovie sur Mac, gratuit, simple et efficace
  •           Adobe Premiere Pro, pour les pros : très complet mais assez complexe, 24€ par mois minimum
  •           Adobe Premiere Elements, plus simple mais plus limité que la version pro, 160€ environ
  •           Wondershare Filmora, simple et agréable, (la solution que je conseille pour faire vite et bien) 60€ environ
Un lien qui peut être utile : Le top 6 des logiciels de montage en ligne gratuits en 2018 par le site PME Web

Lumière

Smartphone ou caméra, l’accessoire qui change tout, c’est la lumière ! Un kit d’éclairage avec 2 Softbox fera toute la différence en terme de qualité d’image
Références :
  •           Softbox Eclairage Vidéo Softbox Kit (lien Amazon), environ 75€
  •           Kit de 2 Softbox 2 Ampoules Boîte Lumière sudio photo 3 fonds (lien Fnac), environ 120€ 

Voilà ! N'hésitez pas à commenter ou à me contacter pour toutes questions ou observations !


dimanche 7 octobre 2018

Le numérique en bibliothèque



Quelles sont les pratiques culturelles numériques des Français en 2018 ? Quelles sont les spécificités et les enjeux des cultures numériques ? Quel socle commun devons nous tous avoir ?
Et en bibliothèque : Quelles ressources numériques développer aujourd'hui ? Quelle offre ? Pour qui et comment ?

Dans le cadre de la nouvelle médiathèque des Sept Lieux à Bayeux, qui ouvrira ses portes en début d'année prochaine, la Bibliothèque Départementale du Calvados propose au personnel de l'établissement une journée de travail sur le socle commun de la culture numérique et la place du numérique en bibliothèque, par le biais d'une formation du Cabinet Fabienne Aumont.
Le support de cette formation, qui a lieu le 11 octobre 2018, est disponible sous ce lien.

dimanche 23 septembre 2018

Le smartphone en formation

Le smartphone ou la tablette sont des outils pédagogiques à fort potentiel. Pourtant, peu de formateurs l'utilisent aujourd'hui, parfois par peur d'en canaliser les usages.
En prenant le soin d'éviter quelques pièges, en posant les règles dés le départ, le smartphone peu s'avérer un excellent allié pour

  • aider à briser la glace (Kahoot)
  • lever les freins (sli.do)
  • diffuser de l'information (Padlet, les QR Codes)
  • collaborer (Framapad, Padlet)
  • évaluer les acquis (Google Forms, Socrative ou Kahoot, encore)
  • ...


Le 21 septembre 2018, j'ai animé pour le CNFPT des Pays de la Loire à Angers un atelier sur les usages du smartphone en formation. Le Padlet, mur collaboratif d'information utilisé pour illustrer mon contenu, est disponible sous ce lien https://padlet.com/brunomeraut/smartphone ou ci dessous :


Fait avec Padlet

mercredi 19 septembre 2018

La vidéo comme support de communication pour sa bibliothèque

La vidéo est aujourd'hui le moyen le plus efficace de communiquer sur Internet : elle génère un engagement jusqu'à 10 fois supérieur à celui d'un autre contenu. Et si une image vaut mille mots, imaginez la puissance d'une vidéo !
Sur Youtube, Facebook, Instagram ou Twitter, en mode Booktube, reportage, coup de cœur, teasing d'atelier, conférence en live, boomerang, stop motion ou cinemagraph, sa déclinaison et ses usages semblent illimités.

Le Bibliopôle, Bibliothèque Départementale du Maine et Loire, propose à ses partenaires de travailler sur le potentiel de la vidéo comme outil de communication en bibliothèque, par le biais d'une formation du Cabinet Fabienne Aumont les 22 septembre et 04 octobre 2018 dont vous trouverez le support sous ce lien.

jeudi 6 septembre 2018

Retour d’animation : Tournoi Fortnite


Le 29 septembre 2018, le Cybercentre de Beaupréau en Mauges organisait un tournoi de jeux vidéo en soirée. En voici un petit retour d’expérience.
 
Lucas est (à nouveau) le vainqueur de ce second tournoi.
Responsables du projet :
Ce projet a été réalisé dans le cadre des activités de l’été du Cybercentre. Il a été proposé et animé par Romain Guérif, assisté de Bruno Méraut.

Contexte de l’action :
Pour la fin de l’été, l’équipe d’animateurs souhaitait mettre en place une activité festive et ouverte à tous. Le jeu Fortnite est à la mode auprès d’un grand public aujourd’hui, principalement d’adolescents et avait donc un potentiel à créer de l’engouement.

Objectifs de l’action :
L’objectif dans un premier temps était de faire du Cybercentre un espace de jeu et de détente pour les jeunes, afin de les amener par la suite vers des activités de création numérique et d’ouverture à l’esprit critique.
Il avait aussi pour but de mettre le jeune dans un esprit de compétition, de respect de l’autre et en même temps de responsabilisation, via le rôle des arbitres.
 
Le "Bracket" du tournoi
Définition de l’action :
Au Cybercentre, le jeu Fortnite est installé sur 6 postes.
Le tournoi était sur inscription obligatoire et limité à 12 personnes.
L’action a débutée par la création d’un arbre de tournois à 12 entrées.
En attribuant à chacun un numéro, un tirage au sort aléatoire a été effectué pour les placer dans les différentes cases de l’arbre du tournoi.
Les matchs s’effectuaient en 1 contre 1 sur le terrain d’entrainement.
Des règles simples ont été mises en place pour avoir un bon déroulement de l’atelier:
·         La première personne à 5 points (définis par le nombre de mort qu’il inflige à l’adversaire) gagne le match
·         Obligation d’attendre que l’adversaire défait récupère son équipement de combat avant de réengager la confrontation.
·         Obligation de se retrouver ensemble sur une zone de combat précise (pour éviter que chaque match dure des heures).
·         Non-respect des règles ou tricheries interdites sous peine d’exclusion du tournoi.
Romain explique les règles
Plusieurs matchs étaient joués simultanément mais il restait toujours 6 joueurs en attente. Pour les faire patienter et avoir un tournoi équitable (et les responsabiliser), nous leur demandions d’arbitrer les matchs. 
Le vainqueur  gagnait une adhésion gratuite au Cybercentre, d'une valeur de 15€.

Détails
Nombre d’enfants : 12
Tranche d'âge : 12-14
Durée de l’action : 3h

Lieu : Cybercentre de Beaupréau en Mauges
Moyens humains : 2 personnes, un animateur principal pour l’organisation et un autre pour encadrer les jeunes en attente.

Moyens matériel : 6 ordinateurs et une connexion Internet stable pour le tournoi, 1 ordinateur ou une console avec jeu multi-joueurs pour ceux qui attendent et qui n’arbitrent pas.

Évaluation : La soirée s’est déroulée dans de très bonnes conditions et a suscité l’enthousiasme des personnes inscrites. Seuls les premiers retirés de l’arbre sont ressortis avec un peu de frustration.
 
Le tournoi bat son plein
Avantages, limites de l’action :
 -       Avantages :
Les jeunes ont pris à cœur leur rôle d’arbitre s’y sont bien investis, jusqu’à la fin et l’ambiance de toute la soirée a été très respectueuse et agréable.
La soirée a également permis d’échanger avec les parents des jeunes présents, venus déposer et récupérer leurs enfants, autour des jeux vidéo et des différentes activités de l’espace.

-       Limites :
La principale limite était la qualité et la stabilité de la connexion Internet, qui menait souvent à des déconnexions des joueurs. Ils devaient alors relancer une partie et perdaient donc un peu de temps quant à la récupération d'équipement. Cependant, le compteur de point n’était pas remis à 0 avec la partie.
L’autre limite fut l’attribution des points : en fonction du style de jeu des joueurs, les parties étaient plus ou moins longues. Le score demandé pour gagner un match passa donc de 5 à 3 afin de fluidifier le déroulement de la soirée. Certaines contestations des jeunes ont été sur l’inégalité quant au style de jeu que nous leur demandions d’adopter pour finir une partie plus vite (sinon, nous y serions encore).

Texte rédigé par Romain Guérif et restructuré par Bruno Méraut.